ATELIERS Corps, Pré-mouvement, Espace

 

Ateliers – recherche chorégraphique

« Corps, Pré-mouvement, Espace »

 

« On en revient forcément au mystère de ce qui se passe avant le mouvement : quelle image du corps ? Reliée à quelle plasticité ? Quelle géographie, quelle histoire ? Et surtout, quelle intentionnalité ? Le pré-mouvement est une zone vide, sans déplacement, sans activité segmentaire. Et pourtant, tout s’y est déjà joué, toute la charge poétique, le coloris de l’action. Bref passage dépressionnaire correspondant à ce moment totalement fondateur : l’anacrouse gestuelle » Hubert Godard, le déséquilibre fondateur ; le corps du danseur, épreuve du réel », Art Press hors série n°13.

Comment posséder, incarner, habiter son propre élément en dehors des schémas appris et attendus ? Qu’est-ce que « le corps dansant » ?Comment peut-on investir le mouvement dansé en dehors de son « savoir-faire »?

Ces ateliers chorégraphiques proposent de travailler autour de trois corporéités (« le corps qu’on a / le corps vécu / le corps conscience »)  et ainsi d’orienter le regard sur la lecture du mouvement et de chercher, pour chacun, une économie du geste et d’incorporer l’imaginaire au processus du sentir. Le travail s’articule donc autour des notions de « corporéité(s) », de  Pré-mouvement, d’Espace (du corps et de son environnement).

Corporéité(s) &  pré-mouvement

Il s’agit de se mettre dans une disponibilité corporelle et sensorielle en portant son attention sur ses sensations proprioceptives et kinesthésiques au travers de différentes pratiques somatiques : Qu’est-ce que l’alignement ? Qu’est-ce que la posture verticale ? Qu’est-ce que l’équilibre, le déséquilibre ? Qu’est-ce que le mouvement ? La sensation ?

Espace(s)

En danse , comme dans la vie, le mouvement est construit en rapport à l’environnement, il ne peut être penser en dehors de la relation : il est une co-présence de relations à soi, aux autres, à l’espace, à son histoire. Ainsi, dans un souci de mise en perspective des notions liées au pré-mouvement, il paraît important d’étudier le vocabulaire de Laban, et en particulier le système de l’Effort (Espace/Temps/Poids/Flux) : Comment le mouvement s’articule-t-il aux espaces ? Quel dessin forme-t-il ? Qu’est-ce que la « musicalité » du mouvement ? Quelles sont les dynamiques potentielles d’un mouvement ? Quelles sont les nuances possibles entre ces notions ?

Ces ateliers sont proposés à des artistes chorégraphiques, chorégraphes, performers ou toute personne ayant une pratique corporelle (pratiques somatiques ou autre…).