CE DONT ON NE PEUT PARLER, C’EST CELA QU’IL FAUT DIRE

image001

 

 

Corps/Social, Corps/Politique…Corps/Je(u)…

Il s’agit d’un suicide, d’une décomposition du corps civil maintenu en ordre. Une quête qui révèle le vertige de l’errance, les trajectoires choisies, abandonnées, refoulées et la réappropriation de son monde, sa matière, son territoire.

 

Festival « Studio en scène », Bruxelles, avril 2010

Un espace, des spectateurs, des bruits, des sons…autant de présences, de regards, de réalités pour révéler, réveiller, déconstruire, construire notre présence à nous même. Un temps à la fois pour exposer et annuler nos corps fantasmés, intimes, politiques ; et à la fois pour tenter de faire émerger nos présences « autres »….celles qui nous manquent, celles qu’on oublie, celles qui nous animent tout au fond, celles qui nous habitent.

 

 

Festival « Les RugYssantes », Compagnie L’escabelle/Metz, septembre 2010

choupi

 

IMG_0664ce dont on.8

 

….Un regard qui transperce, une bête qui rôde, une expression éraillée, un sol qui se dé-robe, une colonne qui grince, un bras qui flotte, une voix qui surgit, un mouvement ligoté….qui s’échappe à lui-même….une recherche de signifiants formels….en deçà de la représentation.

 

 

Festival « Les Éphémères », jardin d’éole/Paris, juillet 2010

sandrine 2sandrine