Corps&Espace, Anamorphose(s)

Miroir

Le mot « Anamorphose », emprunté aux champs de la géométrie puis de l’architecture, est à entendre comme procédé de transformation, déformation, trompe l’œil, en d’autres termes comme « un art de la perspective secrète » : comment détrousser les projections symboliques, imaginaires et politiques inscrites dans les espaces et dans le corps ? En d’autres termes, à quels présupposés le « Territoire du vivant » est-il contraint, soumis, assujetti ? La recherche est centrée autour du Corps pris dans un Dispositif alliant Espaces (du corps et de son environnement), Temps et Regards. Ce dispositif tente de  mettre  en  exergue  les pratiques signifiantes du corps et de ses espaces : fonctions, normes, regards, économies, esthétisation, réalités, simulacres.

De plus, la mise en tension recherchée entre « corps&espace(s) » a pour but de créer des « contre-fictions » capables d’engendrer des « en-dehors », des « hors champs » à savoir de rendre visible l’invisible, de regarder « l’autre ment » et de « trouer » ainsi l’imaginaire admis du corps tant des points de vue réel, fictionnel et politique. Concomitamment et/ou en conséquence, cette recherche interroge l’endroit du chorégraphique et les enjeux de sa contextualisation.

(crédit photo : Damien Galmiche)